Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Citoyenne et Engagée! Le blog de Marie-Pierre Barrière-Lallement

  • Sur la réforme du collège

    Le débat fait rage, les passions se déchaînent, les œillères et les prismes de lecture identifient les tenants de l’école-comme-ci, de l’école-comme-ça. Peut-être pourrait-on se réjouir que le collège déclenche une telle floraison de mots, que tant de "grands esprits" aient des choses à dire sur ce qu’il doit servir. Mais si le constat rabâché des dysfonctionnements du collège est dans toutes les bouches, je n’entends nulle part dans la sphère politique de propositions de réforme et de changement vraiment convaincantes. Ce n’est pas de pétitions de principe ni de grandiloquence dont nos élèves ont besoin aujourd’hui, mais de se sentir embarqués dans une aventure collective qui les dépasse et dont nos gouvernants dessineraient les cartes et donneraient les perspectives. Ces cartes, ce cap n’existent pas. Il est fort à parier que le bricolage continue. Comment réformer l’école sans projet de société ?

    Lire la suite

  • Châlons 1 : scandaleux refus de faire barrage au FN des candidats de la droite

    J'apprends, effarée, que les candidats Divers droite/UDI du canton de Châlons 1, Ludovic Chassignieux et Jocelyne Fargère-Joly (26,64 %), n’appelleront pas à faire barrage au FN au second tour.

     

    Lire la suite

  • Réformer ici et ailleurs : un cas d'école

    La ville de Châlons n’a pas réformé sa carte scolaire depuis 1986 alors que sa population n’a cessé de décroître. Les dotations d’Etat sont en baisse. Les militaires quittent la ville. Le candidat à la mairie de Châlons l’avait annoncé pendant la campagne : le nombre de salles inoccupées à Châlons justifie qu’on ferme des écoles.

    Les arguments ci-dessus sont connus. Ceux des parents qui se mobilisent à travers force pétitions et pages facebook le sont également : enfants déstabilisés, ville méprisée, éducation en danger.

    Que faire ?

    Lire la suite

  • Ma réaction suite aux résultats

    10417509_10152142504381977_1970609419878445437_n.jpg

    Je suis déçue, et ne parviens pas vraiment à me réjouir de la percée du centre indépendant que la réconciliation du MoDem et de l’UDI a heureusement favorisée dans les principales villes de la Marne, dans ma commune et aux alentours de Châlons. Je remercie tous ceux qui nous ont fait confiance et suis certaine que Nathalie GRIESBECK, réélue grâce à eux, continuera à être une députée européenne compétente et dévouée qui ne les décevra pas. Je m'engage pour ma part, à davantage relayer son travail dans la Marne.
     
    Au-delà des scores du scrutin national, ce qui m’inquiète c’est le déclin de la puissance française dans l’UE. A n’entendre parler d’Europe que tous les 5 ans, nos concitoyens n’ont pas pris la mesure des conséquences de leur vote ou de leur abstention au niveau européen. En attendant que  les 25 eurodéputés français du FN parviennent à former un groupe, ce que je n’espère pas, leur présence accrue au PE réduit d’autant le nombre d’eurodéputés engagés et convaincus qui auraient pu peser dans les mécanismes de négociations et de décisions pour faire avancer une Europe plus intégrée, plus démocratique et plus sociale.
     
    Le score du Front National dans notre circonscription et au delà nous engage, comme politiques UDI-MoDem, à travailler près de chez nous pour faire reculer le vote d’extrême-droite et l’abstention : tout mettre en œuvre pour créer de l’activité économique sur nos territoires, placer au cœur des décisions l’intérêt général, être exemplaires dans nos paroles et nos actes et impulser un vrai renouvellement des pratiques politiques, inciter à l’engagement citoyen pour dépasser le sentiment d’impuissance, parler d’Europe dès que possible pour donner un horizon ambitieux à la politique française, lutter contre les fractures sociales et générationnelles qui empoisonnent notre pacte social. Un chantier immense nous attend, le PS et l’UMP sont très affaiblis, un centre uni et fort doit aujourd’hui œuvrer sans relâche pour assumer ces défis, afin d’éviter le pire.
  • Merci

     

    10389986_795234387176571_6880966735820518864_n.jpg

     

  • J-2 Cette fumée qui nous portait...

    8161400748918.jpgDepuis le début de la campagne des Européennes en tant que candidate, j'ai pu faire deux constats majeurs :

    1) C'est l'Europe qui sauvera la France. Les défis que nous avons à relever en matière de redressement économique, de protection de la planète, de préservation de notre modèle de société sont tels que l'échelle européenne est la seule pertinente pour envisager des solutions pérennes.

    2) Les Européens et leurs listes d’alliance UDI-MoDem sont solidement attachés ici dans l'Est comme partout en France à un programme réaliste et concret pour sauver l'Europe telle que nous la voulons, c'est à dire protectrice, démocratique et puissante.

    Nous avons fait une belle campagne de pédagogie et de proximité, Nathalie et Quentin ont su montrer qu'ils étaient des candidats à l'écoute et déterminés à s'engager aux côtés des citoyens pour que leurs voix portent en Europe.

    J'ai également beaucoup appris au travers de tout ce que j'ai lu et compris de l'histoire et du fonctionnement européens. J'ai restitué une part de ce que j'ai compris sur ce blog. Merci à ceux qui m'ont lue, parfois longuement mais expliquer une chose, surtout quand elle est complexe, prend du temps. Péché d'enseignante !

    Cette campagne ouvre un chemin... J'ai vraiment envie de travailler désormais sur ces questions européennes afin de rendre l'Europe plus aimable et plus compréhensible aux citoyens. J'ai en effet découvert avec bonheur que la politique est plus belle, moins mesquine, animée du souffle européen !

    Merci à tous ceux qui y ont contribué et surtout à Nathalie Griesbeck et Quentin Dickinson pour la passion de l'Europe qu'ils transmettent et leur présence, leur charisme, leur générosité. Ce sont de grands Européens. L'énergie qu'ils dégagent ensemble est communicative : ne brisons pas ce tandem et laissons-les entrer ensemble au Parlement afin qu'ils s'y investissent pleinement sur les dossiers clés qui permettront de décliner notre programme en une politique réaliste et ambitieuse pour l'Europe de nos enfants.

    Une pensée spéciale pour Véronique, ma colistière marnaise UDI, étonnante rencontre de cette campagne, avec qui le partenariat noué, peut s'épanouir... en vue de créer un centre plus fort d'être uni. Merci à ceux qui ont oeuvré pour que le rapprochement se fasse entre nos familles politiques : travaillons encore à bâtir ensemble cet espace central et militant, dont la mission est toujours de renouveler la vie politique française.

    Merci à vous tous qui allez voter pour nous, qui avez convaincu  d'autres de le faire, merci à vous de porter avec nous le drapeau. Et ouvrez les yeux : ce soir, sous l'orage, la pluie d'étoiles filantes attendue  pourrait bien le mettre en mouvement et lui donner l'élan de nos ambitions ! C'est le voeu que je formule en tout cas !

    "Cette fumée qui nous portait était sœur du bâton qui dérange la pierre et du nuage qui ouvre le ciel." René Char

  • J-3 Notre engagement européen

    tract 1.jpg

    tract 2.jpg


     

  • J-5 L'Europe et l'immigration

    L'Europe qui se prévaut d'avoir durablement installé la paix sur le continent, relègue la mort violente à ses portes. La gestion de l'immigration par l'UE fait apparaître des scandales ! 23000 morts aux frontières ont été recensés depuis 2000 comme les chiffres de The Migrants Files l'indiquent tout en précisant que ce chiffre ne compte que les morts retrouvés... Souvenons-nous de ce drame : en octobre 2013, 300 migrants se sont noyés au large de Lampedusa, on a pleuré, on a clamé haut et fort, y compris M. Barroso, "plus jamais ça!" Lundi dernier ce sont 400 migrants qui ont fait naufrage au même endroit, c'est à dire aux abords de cette île de 6000 habitants qui accueille 1000 migrants dans un centre de rétention prévu pour en recevoir 250.

    Les causes de la migration sont diverses : 1) la migration liée à la trajectoire socio-professionnelle est plus simple à limiter en amont que celle qui est causée par des motifs de regroupement familial ou de demande d'asile politique. Depuis 1974, il est beaucoup plus difficile de venir en Europe pour travailler sauf de façon précaire, comme saisonnier ou clandestin. Le concept d'"immigration choisie" est à ce propos d'une hypocrisie sans bornes, à la limite du cynisme quand on connaît les chiffres de la fraude (15, 20% du pib européen), notamment dans les entreprises sous-traitantes de grands groupes. A ce propos l'instauration d'un droit du travail européen que nous proposons est une nécessité cruciale pour que les travailleurs se décident à sortir de la clandestinité.

    2) Les migrants qui viennent chercher protection et asile posent d'autres problèmes car avant d'obtenir un statut, ils sont dans une zone de précarité juridique qui se traduit par un recul des droits sur lequel jouent les Etats dans le but de restreindre et de dissuader (durcissement des conditions d'obtention du statut de réfugié, multiplication des catégories de sans-papiers)

    Se pencher sur ces question réclame du courage politique et les Etats préfèrent garder la compétence en cette matière de peur de perdre les cautions précieuses de leurs opinions publiques nationales, donnant ainsi des gages à ceux qui instrumentalisent la question à des fins électoralistes : c'est une erreur qui ne les protège pas du discrédit puisque "l'Europe passoire" est une thématique rebattue des débats de toutes les campagnes électorales et que le vote nationaliste progresse inéluctablement! En réalité, les gouvernants nationaux font un mauvais calcul en conservant la compétence migratoire car multiplicité des législations favorise les failles et permettent la prolifération des trafics.

    S'il fallait dans cette note faire la preuve de la nécessité du "Plus d'Europe", la voici !

    1) En matière de lutte contre le travail au noir, en avril dernier, la commission a lancé une plate-forme destinée à partager les pratiques des Etats et à créer à terme de nouveaux outils de contrôle. Mais il faut aller plus loin et engager une réflexion poussée sur la création du SMIC et du droit du travail européens.

    2) En matière d'asile, les évolutions retracées ici  sont nettes : Depuis  2005, la politique d'asile et de visas est passée du 3ème au 1er pilier de l'Union et relèvent de la méthode communautaire (co-décision avec le Parlement et décision à la majorité qualifiée au Conseil) et en 2008 le pacte européen en matière d'immigration et d'asile détermine 5 axes de travail portant en germe le fonctionnement unifié de la politique d'asile : bureau d'appui pour la mise en cohérence des pratiques, réflexion engagée sur une procédure d'asile unique, définition de procédures d'urgence en cas de crise, etc. Et la révision de la politique européenne d'asile sera une priorité du semestre italien de l'UE à partir de juillet 2014.

    Le règlement Dublin 2 qui s'applique depuis 2003 doit en effet être revu : il indique que le pays compétent pour examiner la demande d'asile du migrant est le premier pays par lequel le migrant a franchi les frontières européennes. Ce règlement est contesté de façon virulente par les pays du sud de l'Europe, portes d'entrée, qui déplorent le manque de solidarité. Il est maintenant nécessaire d'aller au delà et d'envisager une régulation des demandes d'asile au plan européen c'est à dire  à la fois une répartition des demandes d'asile par pays en fonction de quotas et la création d'un droit d'asile européen garantissant l'harmonisation des procédures et la fiabilité de l'instruction des dossiers. Car les taux de demandes et d'accords du statut de réfugié diffèrent grandement en fonction des pays. (voir ici

     

    asile.JPG

     

    Il en va de même des dispositifs Eurosur et Frontex dont il faut s'assurer qu'ils ne visent pas davantage au refoulement qu'à la protection des victimes. La surveillance des frontières n'est pas condamnable, c'est la gestion inefficace et sécuritaire de cette surveillance qui pose problème. La croissance des budgets est exponentielle : 118 millions d'euros ont été accordés en 2011 (19 en 2006) à Frontex (l’agence européenne pour la gestion de la coopération aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne) et Eurosur bénéficiera d'un budget de 224 millions d’euros sur la période 2014-2020. Et si l'UE demande l'évaluation des dispositifs pour s'assurer que le droit est respecté, on peut craindre une gestion sécuritaire qui entrerait en contradiction avec le droit de tout être humain à pouvoir quitter le pays qui est le sien et à être protégé. L'Europe qui s'est construite sur le respect des droits et du droit comme on l'a rappelé ici plusieurs fois, est-elle en mesure de les faire respecter pour tout être humain qui franchit les limites de l'espace Schengen, notamment le droit des victimes à être reconnues comme telles.

    Et si l'état de droit est la règle dans l'UE, ne peut-on pas envisager, par des coopérations renforcées avec les Etats qui bordent l'Europe de le faire progresser dans ces pays, sans se voiler la face sur la corruption et les trafics qui s'y passent? Il serait bien plus efficace de travailler avec Tbilissi à protéger les Géorgiens chez eux plutôt que de les recevoir et de traiter des demandes d'asile dans des procédures interminables qui aboutissent rarement à reconnaître aux victimes leurs droits et qui aggravent surtout leur précarité.

    A ce titre, la mise en place d'une réelle coopération avec l'Afrique est un chantier immense. L'Afrique est un marché, certes, mais pas seulement : le respect des droits de l'homme doit y progresser et l'Europe est en capacité d'enclencher des cercles vertueux qui seront bien plus efficaces et plus humains que les moyens dépensés aux frontières pour endiguer les flux.

     


    Nos propositions :

    44 Élaborer une politique européenne cohérente d'immigration :

    Cette politique sera fondée sur une logique de quotas annuels par métier et par pays. Le Parlement européen et les parlements nationaux se prononceront annuellement sur ces objectifs.

    45 Créer une véritable police aux frontières :

    En mutualisant les moyens des États et en renforçant les dispositifs existants (Frontex, Eurosur), nous améliorerons le contrôle aux frontières extérieures de l’Union européenne. Ce corps de contrôle assurera aussi une mission de secours aux personnes en détresse en particulier en Méditerranée. Il pourra aussi contrôler les flux de marchandises.

    46 Réformer le droit d'asile :

    Nous voulons un mécanisme européen cohérent afin de lutter contre les distorsions dans les politiques nationales d’asile. Il s’agit de tendre à une harmonisation européenne des procédures administratives et judiciaires des États membres.

    47 Mieux lutter contre les trafics d'être humains à l'intérieur des frontières :

    La prostitution, la mendicité infantile organisée et les réseaux de cambriolages favorisent le développement de mafias prospérant sur une exploitation humaine inacceptable. Le Parlement européen devra exiger de la Commission la mise en place de contrôles renforcés des États membres se révélant incapables de lutter contre ces phénomènes, en veillant particulièrement à l’utilisation effective des fonds de cohésion dédiés à ce sujet.

    48 Renforcer la politique européenne de co-développement :

    Renforcer la politique européenne en matière de co-développement, en particulier vis-à-vis de tous les pays sources d’immigration.
  • J-6 Un des plus beaux meetings...

    10363778_10203793630989851_4888816744519568070_n.jpgHier à Paris, Docks Pulmann, grand moment politique :

    - Réconciliation

    Il aurait été difficile de défendre l'Europe que nous voulons, héritée des Pères fondateurs dont l'ardent désir était la paix, en continuant à être divisés. Ce meeting était de ce point de vue un moment historique du Centre réconcilié. Le nombre important d'orateurs augure des difficultés qu'il va y avoir à laisser chacun exister dans ce rassemblement, mais si l'Europe y parvient à 28, peut-être pourrons-nous y parvenir à 12 ou 15 ! En tous cas, c'était crucial de refaire l'unité de la famille autour de l'idéal européen. Il y avait manifestement un souffle et une fougue nouveaux dans cette réunion, dont la scénographie et le tempo étaient très calculés ! Voyons ensemble si l'espace central dont Bayrou a encore rappelé la nécessité sera suffisamment attractif pour peser sans que nous retombions dans la stratégie du strapontin... en tout cas, le programme européen que nous soutenons ensemble est le meilleur de ceux que j'ai pu lire depuis que je milite au MoDem.

    - Ouverture au monde

    La présence à la tribune d'invités remarquables venus d'horizons divers et tous européens ou attachés à la construction de l'Europe : le candidat polonais, le sénateur italien Francesco Rutelli, du parti démocrate européen, l’artiste ukrainienne Ruslana Lyzhychko, Ahmed Nejib Chebbi, du parti républicain tunisien, le belge Guy Verhofstadt, candidat pour l'ADLE à la présidence de la commission, nous a fait sentir la réalité du projet européen aux yeux des européens eux-mêmes, mais aussi, au delà des frontières de l'Europe, aux yeux de ceux qui comptent sur l'Europe et son rayonnement pour consolider leur marche vers la démocratie au Maghreb, en Ukraine.

    - Conviction européenne et arguments forts

    Parmi  toutes les idées fort riches et les brillants slogans énoncés à la tribune:

    "L'Europe est le seul instrument de reconquête de notre souveraineté contre ceux qui se prétendent patriotes mais veulent reconstruire des lignes Maginot qui ne protègent plus rien." JC Lagarde

    "On ne veut pas donner à l'Europe de compétences supplémentaires et on lui reproche ensuite de ne pas être compétente." D. Riquet

    "La PAC, c'est l'Europe, si nous sortons de l'euro, nous ne pourrons plus payer la PAC." S. Auconie

    " Si on avait réalisé la mutualisation des dettes, les pays du sud auraient payé beaucoup moins cher en descendant beaucoup moins bas." R. Rochefort

    " Nous sommes les vigilants de la partie civilisée. Dites aux gens qu'il faudra faire un effort mais que tout le reste est pire." JM Cavada

    " J'ai un reproche à faire à l'euro. S'il n'y avait pas eu l'euro, la France aurait été plus attentive à l'équilibre de ses comptes publics." J. Arthuis

    " Il faut faire de la zone euro l'embryon du fédéralisme européen, ce qui permettra de mettre un terme à l'impuissance politique qui génère l'exaspération des concitoyens." J. Arthuis

    " Demandez à Poutine, à la Chine, aux puissances financières, aux organisations criminelles si l'Europe doit être unie?" F. Bayrou

    " N'envoyez pas au Parlement européen des gens qui n'aiment pas l'Europe et qui veulent la détruire." JL Borloo

    "Ce qui se passe en Tunisie concerne le monde entier. Une démocratie pluraliste naît dans un pays musulman, c'est un événement fondateur des prochaines décennies pour les deux rives de la Méditerranée. Face à cela les Européens ne font rien alors qu'il faudrait un plan Marshall."H. Morin

    "Un des combat de l'Europe pour le XXIème siècle devrait être l'abolition de l'arme nucléaire sur la planète." H. Morin

    " Il faut une stratégie nouvelle qui allie discipline budgétaire et stratégie de croissance. On ne l'a pas inventée nous-mêmes. Delors a lancé l'idée du marché intérieur dans les années 80 quand on parlait d'eurosclérose. Une date a été fixée : 1992. Alors les industries, les milieux économiques, les entreprises ont anticipé cela : il y a eu un sursaut de l'intégration européenne. Il faut aujourd'hui lancer une deuxième vague d'intégration européenne dans les domaines porteurs d'avenir : les banques et marchés de capitaux, l'énergie, l'internet, les télécoms, les transports. Oui au marché unique." Guy Verhofstadt

    "Nous avons besoin d'une nouvelle commission qui utilise de nouveau le droit d'initiative qu'elle a, qui ait le courage d'une vision et qui oblige les Etats à prendre position." G. Verhofstadt

    Sans conteste ci-dessous, la meilleure intervention :