Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Citoyenne et Engagée! Le blog de Marie-Pierre Barrière-Lallement

  • Une philosophie de nos blessures

    Pourquoi la philosophie de G.Deleuze parle-t-elle immédiatement au non-philosophe ? Ouvrons sont dernier article publié dans la revue Philosophie (n°47) : « L’immanence : une vie… » Il nous parle non pas de la vie mais d’une vie, faite de puissance et de possibles, une vie comme singularité emportant des événements, une expérience consistant à transformer le hasard. Non pas les accidents qui ne cessent de nous arriver ; mais un virtuel qui s’engage dans un processus d’actualisation et dans un état de choses qui fait que l’événement arrive. « Ma blessure existait avant moi. » aimait-il répéter après Joe Bousquet, et je ne fais que de l’actualiser, mais pas n’importe comment, en l’épousant d’une certaine manière, en la transformant et en l’entraînant sur un autre champ d’expérience. C’est de cela dont il nous parle sans cesse dans Logique du sens ou dans Différence et répétition. Ma blessure existait avant moi, mais au lieu de la replier sur soi dans un univers misérable et d’autodestruction, j’en effondre le sens en lui donnant une force sur un dehors qui la recharge autrement.

    Lire la suite

  • Demain, ça ira mieux... (Un autre récit d'amour et de colère)

    Il avait trouvé mon adresse mail dans l’Hebdo du vendredi en mars, suite à un article sur le parrainage, alors il m’a écrit en m’expliquant qui il était et l’interminable attente de la réponse sur sa minorité et l’issue de l’évaluation de l’ASE. Style et orthographe quasiment impeccables. Nous avons échangé quelques mails où je lui expliquais pour ma part que je ne pourrais rien faire avec lui ni pour lui avant qu’il ne sorte du dispositif institutionnel. Le 11 avril, invariablement, c’était chose faite et notre première rencontre a eu lieu dans ma voiture pour préciser davantage encore la nature de notre accompagnement et des démarches que nous pouvions engager. Il m’a rappelée le jour suivant de l’hôtel où le 115 l’avait hébergé entre temps : il acceptait qu’on marche ensemble.

    Lire la suite

  • Pour Mayranush GRIGORYAN

    Je publie ici, avec l24-bis.jpg'autorisation de son auteure, la lettre ouverte écrite par Marie-Nicole AZEMA, responsable rémoise de l'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture) relatant l'expulsion en Tchéquie de Marianouch, une dame arménienne de 76 ans, dans la journée du mercredi 4 avril 2018.

    A chaque fois que c'est possible, il faut témoigner de ces faits d'inhumanité qui se produisent en France, dans notre République, et donc en notre nom.

    Lire la suite

  • Sur la réforme du collège

    Le débat fait rage, les passions se déchaînent, les œillères et les prismes de lecture identifient les tenants de l’école-comme-ci, de l’école-comme-ça. Peut-être pourrait-on se réjouir que le collège déclenche une telle floraison de mots, que tant de "grands esprits" aient des choses à dire sur ce qu’il doit servir. Mais si le constat rabâché des dysfonctionnements du collège est dans toutes les bouches, je n’entends nulle part dans la sphère politique de propositions de réforme et de changement vraiment convaincantes. Ce n’est pas de pétitions de principe ni de grandiloquence dont nos élèves ont besoin aujourd’hui, mais de se sentir embarqués dans une aventure collective qui les dépasse et dont nos gouvernants dessineraient les cartes et donneraient les perspectives. Ces cartes, ce cap n’existent pas. Il est fort à parier que le bricolage continue. Comment réformer l’école sans projet de société ?

    Lire la suite

  • Châlons 1 : scandaleux refus de faire barrage au FN des candidats de la droite

    J'apprends, effarée, que les candidats Divers droite/UDI du canton de Châlons 1, Ludovic Chassignieux et Jocelyne Fargère-Joly (26,64 %), n’appelleront pas à faire barrage au FN au second tour.

     

    Lire la suite

  • Réformer ici et ailleurs : un cas d'école

    La ville de Châlons n’a pas réformé sa carte scolaire depuis 1986 alors que sa population n’a cessé de décroître. Les dotations d’Etat sont en baisse. Les militaires quittent la ville. Le candidat à la mairie de Châlons l’avait annoncé pendant la campagne : le nombre de salles inoccupées à Châlons justifie qu’on ferme des écoles.

    Les arguments ci-dessus sont connus. Ceux des parents qui se mobilisent à travers force pétitions et pages facebook le sont également : enfants déstabilisés, ville méprisée, éducation en danger.

    Que faire ?

    Lire la suite

  • Ma réaction suite aux résultats

    10417509_10152142504381977_1970609419878445437_n.jpg

    Je suis déçue, et ne parviens pas vraiment à me réjouir de la percée du centre indépendant que la réconciliation du MoDem et de l’UDI a heureusement favorisée dans les principales villes de la Marne, dans ma commune et aux alentours de Châlons. Je remercie tous ceux qui nous ont fait confiance et suis certaine que Nathalie GRIESBECK, réélue grâce à eux, continuera à être une députée européenne compétente et dévouée qui ne les décevra pas. Je m'engage pour ma part, à davantage relayer son travail dans la Marne.
     
    Au-delà des scores du scrutin national, ce qui m’inquiète c’est le déclin de la puissance française dans l’UE. A n’entendre parler d’Europe que tous les 5 ans, nos concitoyens n’ont pas pris la mesure des conséquences de leur vote ou de leur abstention au niveau européen. En attendant que  les 25 eurodéputés français du FN parviennent à former un groupe, ce que je n’espère pas, leur présence accrue au PE réduit d’autant le nombre d’eurodéputés engagés et convaincus qui auraient pu peser dans les mécanismes de négociations et de décisions pour faire avancer une Europe plus intégrée, plus démocratique et plus sociale.
     
    Le score du Front National dans notre circonscription et au delà nous engage, comme politiques UDI-MoDem, à travailler près de chez nous pour faire reculer le vote d’extrême-droite et l’abstention : tout mettre en œuvre pour créer de l’activité économique sur nos territoires, placer au cœur des décisions l’intérêt général, être exemplaires dans nos paroles et nos actes et impulser un vrai renouvellement des pratiques politiques, inciter à l’engagement citoyen pour dépasser le sentiment d’impuissance, parler d’Europe dès que possible pour donner un horizon ambitieux à la politique française, lutter contre les fractures sociales et générationnelles qui empoisonnent notre pacte social. Un chantier immense nous attend, le PS et l’UMP sont très affaiblis, un centre uni et fort doit aujourd’hui œuvrer sans relâche pour assumer ces défis, afin d’éviter le pire.
  • Merci

     

    10389986_795234387176571_6880966735820518864_n.jpg

     

  • J-2 Cette fumée qui nous portait...

    8161400748918.jpgDepuis le début de la campagne des Européennes en tant que candidate, j'ai pu faire deux constats majeurs :

    1) C'est l'Europe qui sauvera la France. Les défis que nous avons à relever en matière de redressement économique, de protection de la planète, de préservation de notre modèle de société sont tels que l'échelle européenne est la seule pertinente pour envisager des solutions pérennes.

    2) Les Européens et leurs listes d’alliance UDI-MoDem sont solidement attachés ici dans l'Est comme partout en France à un programme réaliste et concret pour sauver l'Europe telle que nous la voulons, c'est à dire protectrice, démocratique et puissante.

    Nous avons fait une belle campagne de pédagogie et de proximité, Nathalie et Quentin ont su montrer qu'ils étaient des candidats à l'écoute et déterminés à s'engager aux côtés des citoyens pour que leurs voix portent en Europe.

    J'ai également beaucoup appris au travers de tout ce que j'ai lu et compris de l'histoire et du fonctionnement européens. J'ai restitué une part de ce que j'ai compris sur ce blog. Merci à ceux qui m'ont lue, parfois longuement mais expliquer une chose, surtout quand elle est complexe, prend du temps. Péché d'enseignante !

    Cette campagne ouvre un chemin... J'ai vraiment envie de travailler désormais sur ces questions européennes afin de rendre l'Europe plus aimable et plus compréhensible aux citoyens. J'ai en effet découvert avec bonheur que la politique est plus belle, moins mesquine, animée du souffle européen !

    Merci à tous ceux qui y ont contribué et surtout à Nathalie Griesbeck et Quentin Dickinson pour la passion de l'Europe qu'ils transmettent et leur présence, leur charisme, leur générosité. Ce sont de grands Européens. L'énergie qu'ils dégagent ensemble est communicative : ne brisons pas ce tandem et laissons-les entrer ensemble au Parlement afin qu'ils s'y investissent pleinement sur les dossiers clés qui permettront de décliner notre programme en une politique réaliste et ambitieuse pour l'Europe de nos enfants.

    Une pensée spéciale pour Véronique, ma colistière marnaise UDI, étonnante rencontre de cette campagne, avec qui le partenariat noué, peut s'épanouir... en vue de créer un centre plus fort d'être uni. Merci à ceux qui ont oeuvré pour que le rapprochement se fasse entre nos familles politiques : travaillons encore à bâtir ensemble cet espace central et militant, dont la mission est toujours de renouveler la vie politique française.

    Merci à vous tous qui allez voter pour nous, qui avez convaincu  d'autres de le faire, merci à vous de porter avec nous le drapeau. Et ouvrez les yeux : ce soir, sous l'orage, la pluie d'étoiles filantes attendue  pourrait bien le mettre en mouvement et lui donner l'élan de nos ambitions ! C'est le voeu que je formule en tout cas !

    "Cette fumée qui nous portait était sœur du bâton qui dérange la pierre et du nuage qui ouvre le ciel." René Char

  • J-3 Notre engagement européen

    tract 1.jpg

    tract 2.jpg